Les Phonogénistes > Emak Bakia

Musique improvisée concrète avec deux projections d’Emak Bakia de Man Ray. Durée du concert : 1 heure

«Une série de fragments, un cinépoème composé d’une centaine de séquencesque constituent un ensemble qui reste à l’état de fragment. De même que l’on ut beaucoup mieux apprécier la beauté abstraite d’une œuvre classique dansfragment que dans sa globalité, ce fifilm tente de révéler les éléments essentis du cinéma contemporain. Ce n’est pas un fifilm « abstrait » ni une narration ; sa raison d’être réside dans ses inventions de formes lumineuses et de mouve- ments, tandis que les parties plus objectives interrompent la monotonie des inventionsabstraites ou servent de ponctuation. Si l’on est prêt à assister auxsoixante minutes de la projection d’un film dans lequel soixante pourcent de l’action a lieu entre deux portes et dans des conversationsinaudibles, alors on peut faire l’effort de consacrer vingt minutes de son attention à une séquence plus oumoins logique d’idées, n’ayant pas la moindre prétention de révolution-ner l’industrie du cinéma. A ceux qui s’interrogeraient encore sur « la raison de cette extravagance », onrépondra simplement en traduisant le titre Emak Bakia, vieille expres-sion basque qui signifie fichez-moi la paix. »

Man Ray, Close up, août 1927

Comments are closed.